jeudi 30 juin 2016

Etude CNAF sur les gestionnaires de crèche (communiqué de presse commun)



COMMUNIQUE DE PRESSE
10/06/2016


Etude CNAF sur les
gestionnaires de crèche :

Les crèches associatives

sont plus performantes


La CNAF vient de publier une étude sur le coût de fonctionnement des crèches[1]. Elle démontre que le modèle de gestion des crèches par les associations est à la fois économe, compétitif et qualitatif avec une part du budget plus importante consacrée à leurs personnels.

Un coût de fonctionnement inférieur au public et 20 % inférieur au privé lucratif

Ainsi l’étude indique que le statut juridique (association, entreprise privée lucrative, secteur public) est « le principal facteur explicatif des écarts de couts entre crèches ». Alors que le prix de revient moyen pour une heure réalisée est  de 11,54 € pour une entreprise privée, de 10,64 € pour le secteur  public, il n’est que de 9,25 € pour un gestionnaire associatif. Ce cout de fonctionnement inférieur de 20 % par rapport à une entreprise privée lucrative correspond, pour un établissement de 20 places, à un écart de  budget annuel de plus de 80.000€.

Une importante part du budget consacrée à la qualité de l’accueil

Les associations consacrent une part plus importante du budget aux charges de personnels que le privé lucratif. Ainsi c’est près de 74 % du budget d’une association qui est consacré aux  personnels qui s’occupent des enfants alors que dans une entreprise privée lucrative ce ratio n’est plus que de 56 %.

L’associatif : 2e opérateur et 1er partenaire des collectivités territoriales

En 2012, l’associatif gère 32 % des EAJE (établissement d’accueil du jeune enfant) derrière les collectivités territoriales (61 %) mais très largement au-dessus du secteur privé lucratif  (5,6 %)[2]. Ce sont les associations qui gèrent la plus grande diversité d’EAJE (crèches familiales, crèches  parentales, jardins d’enfants et micro-crèches) avec une large répartition géographique, qui ne se déploie pas uniquement dans les communes aisées. L’associatif contribue à la création de places nouvelles, en créant 1 place nouvelle sur 5 en 2013[3], à la mixité sociale  et à l’équité territoriale.

D’ores et déjà reconnu pour ses valeurs, son engagement pour l’éducation de tous les enfants et pour le développement social des territoires, le secteur associatif démontre aussi qu’il est le partenaire le plus compétitif économiquement et socialement pour les élus et décideurs publics. Au-delà de l’associatif, c’est l’ensemble des acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire de la petite enfance qui est ainsi valorisé.



[1] l’e-ssentiel n°163-2016 https://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/essentiel/essentiel%20-%20Co%C3%BBt%20fonctionnement%20EAJE.pdf
[2] (Sources : CNAF, DSER, MTEAJE). 
[3] (Sources : Observatoire de la petite enfance)

mercredi 29 juin 2016

Etude de l'UNAF : Avant et après l’école, qui s’occupe des enfants scolarisés en maternelle ?


On connait l’implication des parents auprès de leur enfant de moins de 3 ans, mais qu’en est-il quand l’enfant rentre à l’école maternelle ? Pour mieux connaitre la prise en charge parentale et collective des jeunes enfants scolarisés, l’UNAF a réalisé, en partenariat avec la DREES[1], une étude à partir de l’enquête Mode de garde 2013.

 

Un temps de présence parental essentiel auprès des 3 à 5 ans

De 8h à 19h, les parents s’occupent de leur enfant 3 heures en moyenne par jour. 83% des enfants sont avec leurs parents le matin avant l’école, et 64% les retrouvent juste après. 19% des enfants de 3 ans ne vont à l’école que le matin. Le mercredi, 73% des enfants passent la plus grande partie de la journée avec un de leurs parents.

On le voit, les parents d’enfants scolarisé en maternelle passent beaucoup de temps avec leurs enfants, c’est probablement pourquoi 82% de ceux qui travaillent disent manquer de temps au quotidien  (Baromètre OPE-UNAF). C’est une des raisons pour lesquelles l’UNAF s’inquiète de la plus grande flexibilité et de l’allongement du temps de travail permise par la nouvelle loi Travail (CPUNAF Loi travail : le temps familial menacé).

 

Des services publics locaux maillons essentiels de la prise en charge des enfants

6% des enfants de 3 à 5 ans sont à l’accueil périscolaire avant l’école, 14% après et 8% vont au centre de loisirs le mercredi, mais les familles monoparentales font, plus que d’autres, appel à  ces services. En revanche, l’accès à la cantine est massif : 2/3 y déjeunent.

Cela veut dire que les parents, quand ils le peuvent, évitent de rallonger les journées en collectivité de leurs enfants, mais que la cantine semble incontournable. L’UNAF reste mobilisée pour que la  cantine et des services périscolaires (services facultatifs soumis au principe de libre administration des collectivités territoriales) soient malgré les restrictions budgétaires, accessibles à tous. Elle continue à  demander l’application d’une tarification prenant en compte le quotient familial.

 

Reconnaître  et soutenir le rôle des grands-parents

20% des enfants de 3 à 5 ans est gardé au moins une fois dans la semaine par un grand-parent ou un autre membre de la famille. L’investissement temporel moyen des grands-parents est alors  conséquent : 6h30 le mercredi, 1h15 en semaine. Le recours aux grands-parents est encore plus fréquent : dans les communes rurales et les petites agglomérations, quand ils habitent à proximité, quand les parents ont des  horaires de travail décalés et pour les familles monoparentales.

Cette solidarité intergénérationnelle est à souligner car les grands-parents sont souvent les seuls à pouvoir assumer cette garde quand les modes de garde formels n’existent pas.

Cette étude (ERN° 959 « Avant et après l’école, qui prend en charge les jeunes enfants scolarisés ? ») permet de trouver des éclairages concrets dans de nombreux domaines : évolution du droit du travail, développement des schémas départementaux des services aux familles, réforme des rythmes scolaires… L’UNAF croisera d’ailleurs ses résultats avec ceux du 8e baromètre de la conciliation vie familiale/vie professionnelle OPE-UNAF publié le 10 juin prochain.

L'Union Nationale des Associations Familiales est l’institution nationale chargée de promouvoir, défendre et représenter les
intérêts de l'ensemble des 18 millions de familles vivant sur le territoire français, quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique.
www.unaf.frContact presse : Laure MONDET 01 49 95 36 05

1 (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du Ministère de la santé et des affaires sociales)

 

mardi 21 juin 2016

L'Arc-En-Ciel vous invite le Samedi 25 juin au Café Berlin



Nous vivons dans une société où les sujets tabous
comme la fin de vie, la mort, le deuil ne s’évoquent bien souvent que dans des lieux dédiés et fermés,
comme des associations, des groupes de parole ou entre amis.

Nous savons aussi qu’il est difficile de franchir la porte d’une association ou de rencontrer un spécialiste de l’écoute (psys …) lorsque nous y sommes confrontés.

On se dit : « je ne veux pas en parler »,
« pourquoi en parler, ça ne va pas changer les choses ! ».
 Et pourtant, le besoin d’en parler est là !
Et ne pas en parler est une douleur !
Et puis, on apprend, par hasard,
qu’un café deuil démarre proche de chez soi. 

 

 
Le temps d'un Café

Un Temps d’échanges dans un café, organisé par l’association l’Arc-en-ciel et animé par Marie-Christine MAILLE Présidente fondatrice de l’association L’Arc-en-ciel, et Sylvie BRETON, titulaire du diplôme Universitaire de deuil et de travail de deuil et d’un diplôme d’Etat sur la petite enfance.

Un temps de partage sur ses deuils, de façon informelle et spontanée, sans jugement et dans le respect
des membres du groupe. Chacun vient et repart librement, en toute discrétion. 


06 84 88 17 55
09 53 69 91 96
www.cafedeuil.fr

lundi 20 juin 2016

Information CLER


L’équipe Cler du Mans organise une formation pour les personnes en responsabilité de jeunes. Elle aura lieu les vendredi et samedi 6 et 7 janvier 2017, à la Maison Saint Julien, 26 rue Albert Maignan, Le Mans.

Animée par Anne NAPOLEONI, Conseillère conjugale et familiale, elle a pour objectif d'apprendre à mieux connaître la problématique des jeunes dans les domaines de l’affectivité et de la sexualité, être plus à l’aise pour échanger avec eux sur ces questions et développer
une pédagogie pour leur répondre.



 


Pour tout renseignement, adressez vous à
Mme Valérie-Anne TAILLIEZ
07.82.49.05.02

Pour vous inscrire, téléchargez la plaquette :
 https://drive.google.com/file/d/0B3iOvTmJhH97QjdyTUxYVEtMYmM/view?usp=sharing


Les EXPERTS : L’UDAF présente L’arc En Ciel


L'ASSOCIATION

L’Arc-en-ciel est une association départementale, membre associé de l'UDAF72 depuis 2015. Elle apporte des temps de ressourcement et de "répit" aux enfants et aux parents confrontés à la maladie, au handicap et au deuil, en y associant tous les membres de la famille (parents, fratrie, grands-parents).

 L’association intervient en priorité lorsque la santé de l’enfant, physique ou morale, déstabilise la cellule familiale. Son action vise à maintenir le lien intra-familial et à apporter un soutien de proximité à tous les membres de la famille en proposant un espace d’expression pour chacun.

 L’association crée du lien social avec des activités inter-générationnelles et favorise le soutien mutuel entre les familles. Elle est tournée vers le partage de temps de rencontres individuelles et collectives.

Site internethttp://www.asso-larcenciel.fr/




L'EMISSION


Le 02/06/2016, Pierre GALIMONT, Responsable de l'Action Familiale à l'UDAF72) et Marie-Christine MAILLE, Présidente Fondatrice de l' arc-en-ciel, répondaient aux questions des auditeurs dans l'émission "Les EXPERTS" sur France Bleu Maine.